Peut-on s’autoproclamer SEO?

C’est la question que je me posé suite au blab organisé par Laurent, où à moment une réflexion de Thomas Cubel , m’a fait réagir et écrire cet essai de réflexion.

En effet, je débarque vers la fin du podcast live blab.im et j’entends un truc du style: « Beaucoup se disent SEO et beaucoup racontent de grosses conneries ».

+1000, moi le premier je dis {souvent|parfois} de {|grosses} conneries, mais en fait à partir de quel moment peut on considérer avoir la compétence SEO, où est la limite?

D’autant plus qu’il existe autant de type SEO que d’étoiles dans le ciel (c’est beau hein? et en plus c’est cadeau :).

Aussi dans cette galaxie , entre les blackhats, les whitehats, les 50k de nuances de greyhat, les pro cocons sémantiques et/ou siloing, les optimiseurs on site, les rédacteurs, les netlinkeurs acharnées, les automatiseurs de folie, etc…
Et encore, il y’a ceux dont c’est le métier à 100% (ie agences), ceux qui en dépendent totalement (affi mfa), ceux pour qui le SEO n’est qu’une brique parmi tant d’autres, ceux pour qui le seo n’est finalement qu’un jeu sans réels intérêts financiers, ou ceux qui le font uniquement par passion ou encore ceux qui le font sans convictions.
Mais aussi avec pour chacun des niveaux d’exigences et des objectifs souvent très variés (ranking, trafic, conversion..)…

On navigue dans un champs de notions, d’avis, de contre avis, de vision, de « savoir », d’à priori, de mythes et légendes….  il faut bien avouer que c’est quand même très difficile de définir à partir de quel moment « les compétences » SEO sont réellement acquises.

SEO, c’est donc un ensemble de compétences?

… donc c’est l’expérience qui compte?

Pour ma part, lorsque je fait une petite rétrospective, suis-je vraiment compétent? :
– comme beaucoup, j’ai découvert le SEO via une vidéo de Mar1e en 2008…
– j’ai fait quelques formations et divers campus.
– j’ai beaucoup lu de blogs et de forums (seosphere/discodog/script-seo)
– j’ai crée/conçu/joué avec beaucoup de petits projets web, et j’en ai toujours à la pelle, a faire, finir, ou a (re)commencer.
– et essayer pas mal de choses plus ou moins propre (Sick Submitter, lfe, AAA… )
– j’ai tenté quelques concours, que je n’ai jamais gagné^^
– j’ai eu quelques succès et beaucoup de belles vautres ! (qui m’ont un peu découragés fin 2012/2013 faut bien l’avouer.)

Je suis loin d’avoir tout testé (j’ai toujours travaillé pour des sociétés où j’ai des intérêts, seo bricolo inhouse pour « ma gueule » sur une thématique que je connais particulièrement),
et tout tester dans ce monde qui bouge sans cesse est impossible..
Je ne connais pas non plus l’ambiance « grand compte » avec des enjeux et des problématique totalement différente au miennes, ni les pratiques utilisés en agences (bien que j’aimerai tester ponctuellement l’agence.)

Donc oui, je me tag « SEO » dans le title de mon blog, dans ma bio twitter, ou encore sur les réseaux pro, alors que je ne suis même pas sur de mériter le titre de « SEO ceinture blanche tachetée ».
Bref, tout ce que je sais c’est que je ne sais rien.

C’est pas parce que tu sais jouer de la gratte, que tu va monter sur la scène des vieilles charrues… mais t’es quand même un peu musicien dans l’âme, non ?
C’est comme avec toutes les compétences d’ailleurs, il y’a les bons et les mauvais….

Pour finir j’approuve aussi un autre réflexion que j’ai vu passer lors du blab : « Le SEO est un état d’esprit, tu l’as ou tu la pas..« 

6 commentaires sur “Peut-on s’autoproclamer SEO?

  1. Salut Xavier,

    Tu vois j’avais commencé a lire l’artcle avec des a priori et tout et en fait non … C’est une question qu’on peut etre en mesure de se poser quelque part.. en fait… Et dans l’absolu je dirais OUI on peut tout a fait s’autoproclamer SEO,. Il n’y a pas d’école SEO véritablement et les formations ne donnent que les bases dans l’absolu. Est ce que c’est uen question de niveau? ou d’expérience? de tqalent? Pour moi je dirais que la question se pose légerement différemment. ce serait plutot « a Partir de quand peut on s’autoproclamer SEO? » Et tu verras que la réponse viendras possiblement plus facilement meme si la reflection restera nécessaire

  2. Hello Xavier,

    Belle réflexion ! Tout comme Le Juge, le début ne m’a pas spécialement convaincu, mais je suis d’accord avec toi et avec lui d’ailleurs. L’intitulé « SEO » ne veut pas dire grand chose, tu aurais pu même t’arrêter à : Ce n’est pas une science exacte, on ne sait rien de ce qui marche véritablement, il y a toujours un doute, donc on ne connait pas la limite et untel peut donc se proclamer SEO.

    Maintenant, lorsque j’ai dit cette phrase, je pensais à des personnes qui me contactent et qui disent vraiment de grosses conneries au téléphone ou même parfois par mail. J’entends dans leurs mots « les balises keyword ont un gros poids encore aujourd’hui », « Il faut juste mettre les mots clés un peu partout et ça rank, c’est juste ça », « il faut prendre un mot clé qui apporte beaucoup de trafic ». De mon point de vue, ces gens là ne font pas de SEO, ne s’y intéressent pas plus que cela, c’est une époque révolu ! Et quand tu leur parles de Penguin ou Panda, ils ne savent pas ce que c’est ! Je ne pouvais pas laisser passer ça…
    Expert SEO et le mec ne fait même pas un minimum de veille, ça fait 5 ans quasiment que c’est sorti tous ces filtres reconnus qui nous ont décimé des tonnes de sites !

    Bref, pour revenir sur le commentaire de Le Juge, c’est tout à fait ce qu’il faut se poser comme question. Pour moi, à partir du moment où tu arrêtes d’avoir la tête dans le guidon et que tu te dis « mon client, il a pas forcément besoin d’apprendre le référencement, il veut des actions et des résultats, est ce que j’en ai ?, si régulièrement oui, ça passe, si non, je continue d’apprendre », alors c’est bon 🙂

    Autre exemple, en partant de l’offre basique, pour n’importe quel métier, c’est « Est ce que je réponds à la demande de mon client 80-90% du temps ? ». En clair, est-ce que j’arrive à augmenter les ventes, le trafic ciblé, le CA… de mon client ?
    Si c’est non, est ce légitime de faire payer une presta que tu ne maîtrises pas et qui ne te donne rien ?

    Après, c’est un sujet compliqué, je ne te le cache pas, on pourrait très bien contredire en disant « C’est légitime de payer pour appliquer ce que j’ai appris, j’ai passé du temps », mais le client ne sera pas satisfait 😉

    A bientôt !

  3. Je pense qu’à partir du moment où on peut montrer des résultats SEO concrets qui n’auraient pas existés sans notre intervention, on peut s’auto-proclamer SEO et vendre ses prestations (ou son temps à faire du SEO) en tant que tel. Selon moi ce n’est ni une histoire d’expérience, ni de formation, encore moins de temps passé, mais de résultats.

    Après on peut encore distinguer le fait de s’auto-proclamer SEO, et d’être reconnu en tant que tel auprès de ses pairs. Là encore les résultats justifieront bien plus que n’importe quoi d’autre la légitimité à utiliser ce titre.

  4. Salut Xavier,

    Pour moi le SEO a toujours été un état d’esprit. Il faut être curieux, il faut être inventif, il faut aimer passer du temps à essayer des trucs parfois complètement foireux, juste pour en avoir le cœur net. Mais ça veut dire aussi qu’il faut être prêt à travailler à fonds perdus, parce que tout cela représente un certain investissement. Et donc c’est l’argument majeur qui dissocie les passionnées de ceux qui n’envisagent le SEO que pour gagner de l’argent, qui ne font pas de test (ou alors avec les sites de leurs clients, ce qui est inconcevable mais se fait pourtant très souvent…)
    Donc amha le fait de s’autoproclamer n’est pas important, à partir du moment où tu es capable de prouver objectivement (c’est à dire en prenant en compte le contexte d’une campagne SEO) tes actions et tes résultats. Et ça peut faire toute la différence entre deux référenceurs : celui qui comprend POURQUOI ça marche ou POURQUOI ça marche pas aura toujours une longueur d’avance sur celui qui fait une action parce qu’il l’a lue sur un blog 🙂

  5. @LeJuge:
    Je suis d’accord avec toi, comme je te l’ai dit sur twitter, ma question de base avant la rédaction était : « A partir de quand est on seo? » .
    Aprés ça à un peu dérivé… mais l’idée est là puisque tu l’as relevé :p.

    Que voulais tu dire par là?
    Qu’au déla de l’experience/compétence, il faut aussi de la passion… un certain état d’esprit… autre chose?

    @ThomasClubel:
    Je comprends pour le début, j’ai écrit comme c’est venu, et c’est par vraimant structuré finalement, mais je l’ai surtout fait pour « l’exercice » de coucher une idée sur le papier.

    J’avais bien compris que c’était pour certaines « agences » cette phrase, mais c’est ça qui ma pourtant ça qui ma poussé à cette reflexion :p.
    Je suis pas d’accord, pour moi « les balises méta keyword on encore du poids »…. mais pas pour les moteurs de recherche que nous utilisons tous ^^.
    C’est clair qu’a mes yeux tu ne peut pas etre « EXPERT SEO » si tu n’a pas travaillé sur des sites qui ont subit ce type de pénalités.
    Concernant la veille, j’en fait beaucoup, c’est même un drogue ^^, mais c’est pas ça qui fait de moi un meilleur seo (seul le pratique valide les acquis.)
    , mais clairement oui, tu ne peut pas passer a coté du zoo de google même sans vieillé.

    Est ce que j’ai des résultats du au action que j’ai mené ?
    Si oui c’est que je suis seo.. oui c’est pas faux. ça me rassures ^^ .

    Et oui c’est une question ouverte ici , c’étais le but aussi… et tu peut l’appliqué à toute les compétances => A partir de quand tu peut de considérer « expert » en {cuisine|musique|sport|∞}.

    @Maxime:
    Ton com’ est loin d’être pourri :p
    Je suis ok sur ta façon de penser (cf réponse de Thomas), mais pas d’accord sur le fait que seul le résultat permet de « vendre ses prestations ».
    On le sais tous très bien, tu peut très bien ranké/avoir des résultats sur des sites ‘perso » »… parceque tu maitrise la niche / le contenu / tu peut « bouriné » sans de réelle contraintes
    , et appliquer les même chose sur un site client, et ça ne marchera pas….

    Pour moi l’expérience est indispensable surtout dans le cas de prestation (niveau des « garanties », des risques, de la mission de conseil etc).

    Ce qui nous retour à la question => A partir de qu’elle moment peut facturer une presta seo (ouep c’est une boucle sans fin ce sujet!)

    @Yann:
    Je suis complètement d’accord (profites c’est rare!), au final y’a une question de passion derrière tout ça… et ces c’est cette passion qui amène l’expérience.
    Sans passion, y’a pas de test, y’a pas d’investissement perso (temps, ndd, hébergement, tools, formation ), et y’a pas de risques.
    Effectivement « s’autoproclamer » n’est pas important, et ce n’est pas la vrai question en fait.

    +1 pour les tests, si on lit seulement sans appliquer, on à un « savoir » mais pas l’expérience.

    @Tous : Merci d’avoir laisser vos com’ désolé pour ce temps de réponse impardonnable, j’ai plus trop l’habitude de traité les commentaires tout les jours sur mon blog ^^ ,
    Finalement je dirait qu’on est SEO lorsqu’on est animé par cette passion (état d’esprit) et qu’on à eu et on à encore de nombreux résultats suite à nos actions (expérience)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *